29 juin 2010

Extrait pour ceux qui ...

auront assez de neurones valides pour le comprendre.

Issu de "Avec nos poings d'acier"

La colère, faut jamais la chercher,
La colère, faut pas la réveiller.
Chacun pour soi, il va falloir y penser.
Chacun pour tous, il va falloir décider.

Jean-Pax Méfret, La Colère



Il faut appeler un chat un chat et ce pays une république
bananière où les corrompus des ventes d'armes,
les réseaux pédophiles et les sociétés secrètes tiennent le haut du pavé.

Le Vieux sur la montagne



« Je hais la culture », ruminait Jérôme Boileau, agrippé à la main courante du bibliobus, surnommé le « taudis bus. » Les amortisseurs gémissaient, des câbles attachaient les livres aux parois et des caisses en carton s’effondraient au moindre virage. Cependant, le désordre ne perturbait pas le chauffeur ─ au contraire, il s’en amusait : « Tu sens cette odeur ? Un rat crevé dans un bac. » La brute s’appelait Rudy Brulls. La fumée de son cigare assassinait l’oxygène et les coutures de son coutil craquaient sous cent vingt kilos de méchanceté et de diabète en gestation ─ depuis le début, Jérôme sentait que son équipier ne l’aimait pas. Brulls lui évoquait une créature échappée d’un laboratoire de savant fou : des employés communaux l’avaient vu immobiliser deux ouvriers contre ses pectoraux, puis fracasser leurs caboches l’une contre l’autre, comme des œufs à la coque, juste pour rigoler.
Brulls mâchonna son tison : « C’est ici. »
Des tours en ruine grandissaient entre les déjections qui crottaient le pare-brise. Des ombres menaçaient les halls privés d’électricité, comme si une épidémie avait décimé les habitants. Toutefois, en regardant bien, l’œil distinguait des feux dans certaines grottes de béton. Jérôme soupira : pourquoi les expédiait-on dans ce bled ? Un arrêt le projeta à genoux et lorsque son nez s’écrasa contre la rambarde de sécurité, du cartilage céda avec un bruit atroce. Malgré la douleur, il capta les ricanements du pilote : « Oh ! T’as fait bobo ? » Avant qu’il ait eu le temps de gargouiller, deux semelles l’enjambèrent et un grumeau de terre tomba dans ses cheveux : « Bon, je me trisse. Je reviens tout à l’heure. Amuse-toi bien. » Les portes chuintèrent. Quand Jérôme reprit une contenance, la carcasse de Brulls se pliait dans une Volkswagen, pilotée par sa dernière conquête, une institutrice nommée Monique Fléron. 
Jérôme renifla, plein d’amertume. Pourquoi ce gras-double plaisait-il tant aux femmes ? Son reflet dans le rétroviseur du bus lui répondit : à l’inverse de Brulls, il n’avait rien d’attirant. Ses traits en mie de pain lui valaient les railleries des collègues : « Tu as l’air d’un garçonnet de trente ans. Un jour, tu finiras comme ces gitons qui tapinent dans les pissotières. » La virilité, voilà ce qui lui manquait… Lorsque la flaccidité de son ventre lui inspirait trop de honte, Jérôme effectuait des abdos jusqu’à ce que ses muscles le tiraillent, mais son apathie reprenait le dessus et il se retrouvait seul, en sueur dans son galetas qui sentait les fins de mois difficiles.
Le bibliothécaire fourra un kleenex dans ses narines, puis gagna la banquette arrière où l’attendaient l’échéancier et un dateur. Malgré la condensation qui opacifiait les vitres, il devinait un terrain vague, flanqué de deux paniers de basket qui tremblaient comme des potences. Hum ! Il ne restait plus qu’à patienter… D’habitude, les lecteurs n’étaient pas hostiles, mais plutôt endormis, avec des traits chiffonnés comme s’ils émergeaient d’une narcose. D’ailleurs, que retenaient-ils des polars qu’ils empruntaient par dizaines ? Rien d’après leurs trognes. Jadis, Jérôme avait cru à l’humanisme, aux vertus de l’éducation permanente. Désormais, il n’y voyait plus qu’une panoplie d’anesthésiques employés à des fins électoralistes. La Culture (ah, cette majuscule !) n’améliorait rien ni personne, à commencer par les grands écrivains, ce ramassis de pervers et de bons à rien. Quant aux livres, ils n’étaient que d’obscènes objets ajoutés au réel.

 

 

 

Posté par madoliere à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Extrait pour ceux qui ...

Nouveau commentaire